« Les mots de la science » : M comme modélisation